Comme promis, les livres du troisième trimestre 2019:

 

livresete6

 

 - Une éducation ****: Tara Westover n'a jamais eu d'acte de naissance, ni de dossier scolaire, car elle n'a jamais fréquenté une salle de classe. Pas de dossier médical non plus, car son père ne croyait pas à la médecine mais à la fin des temps. Enfant, elle a regardé son père mormon s'enfermer dans ses convictions survivalistes et un de ses frères sombrer dans la violence. Pourtant à l'adolescence, elle décide de s'éduquer toute seule et son combat pour la connaisssance la menera bien loin de l'Idaho, jusqu'à Harward et Cambridge. Mon coup de coeur 2019, c'est certain!! Ce témoignage sur la plongée dans la vie des Survivalistes américains (et là c'est beaucoup moins fun que dans lfilm "Captain Fantastic", que j'ai, par ailleurs, beaucoup aimé) est vraiment passionnante. Et même si on n'y est pas confronté directement, les thèmes abordés sont universels: quelles places tiennent dans notre construction d'individu le modèle parental, notre milieu social et l'éducation (au sens large) que l'on reçoit ? Est-on totalement libre de nos choix? Comment s'intégrer dans une société en mutation sans renier son passé?.... Bon j'ai adoré.

 

- Kaiser Karl ***: L'auteure dresse un portrait féroce de ce personnage hors norme.... et qui n'aurait sans doute pas pu être aussi complet, tant qu'il était vivant. Instructif. Le style est plutôt journalistique, donc facile à lire... mais pas envoutant non plus.

 

- Les heures silencieuses ***: Delft, novembre 1667: Magdalena van Beyerense confie à son journal intime. Fille de l'Administrateur de la Compagnie des Indes Orientales, elle est mariée très jeune, et a dû renoncer à sa passion: travailler avec son Père dans la Compagnie. Elle va évoquer pêle mêle son enfance, sa vie de femme, de mère ; mais aussi dépeindre les conditions de vie de son époque: la place des femmes qui, même dans les milieux favorisés, n'était pas forcement enviable.... J'ai découvert Gaëlle Josse en 2018 dans un tout autre registre () .... et décidement j'aime beaucoup. Elle me fait finalement un peu penser à Douglas Kennedy, auteur qui peut changer de registre et rester tout aussi passionnant! 

 

- Ces rêves qu'on piétine**: Dans Berlin assiegé, la femme la plus puissante du III Reich se terre avec ses enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l'Allemagne nazie. L'ambitieuse s'est hissée jusqu'aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu'elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s'enfonce dans l'abime, avec ses secrets. Au même moment, parmi les colonnes de survivants de l'enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est dépositaire d'une tragique mémoire: dans un rouleau, elle tient les lettres cachées d'un père: Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fût condamné par la folie d'un homme et le silence d'une femme, sa fille. Elle aurait pu le sauver. Elle s'appelait Magda Goebbels.Le pitch était très "allechant" ! Les A/R entre les deux personnages est assez réussi...Mais autant j'ai aimé l'approche sur Magda, autant je n'ai pas été emballée par les chapitres sur le père et le personnage d'Ava. Bref, un peu déçue. 

 

- La vengeance du Pardon ***: Recueil de 4 nouvelles où l'auteur explore les sentiments les plus violents et les plus secrets qui gouvernent nos existences. Chacune dans leur style, ces nouvelles sont assez marquantes , mettant en scène des gens ordinaires, qui vont faire des choses "extraordinanires grâce à leur capacité de pardonner...ou pas. 

 

- Le Mur invisible **:  Après une catastrophe sans doute planétaire (mais dont l'origine chimique ou nucléaire restera indéfinie), l'héroïne se retrouve seule dans un chalet en pleine forêt autrichienne, séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s'être pétrifiée pendant la nuit. Tel un moderne Robinson, elle organise sa survie en compagnie de quelques animaux familiers, prend en main son destin dans un combat quotidien contre la forêt, les intempéries et la maladie. Le livre est construit comme un journal de bord d'une femme ordinaire, confrontée à une expérience limite: chaudement recommandé par plusieurs personnes de mon entourage, j'étaits vraiment impatiente de le lire. Le format journal de bord est dynamique,on ne s'ennuie pas ...mais je crois définitivement que je ne suis pas très sensible à la science fiction.