Luette Esper

05 novembre 2018

Les livres de 2018 (3)

Voici le troisième volet de mes livres lus en 2018:

 

LIVRES2018

 

 

* Celle qui fuit et celle qui reste ***: Alors que les événements de 1968 s'annoncent, que les mouvements féministes et protestataires s'organisent, Elena, diplomée de l'Ecole Normale Supérieure de Pise, se retrouve au premier rang. Elle vient de publier un roman inspiré de ses amours de jeunesse qui rencontre un certain succès tout en faisant scandale. Lila, elle, a quitté son mari Stefano et travaille dur dans une usine où elle subit le harcèlement des hommes et découvre les débuts de la lutte prolétaire. Après l'enfance (T1) et la jeunesse (T2), c'est le tome des femmes adultes. Bien sûr, le style est parfois pesant...mais je me suis atttachée à Elena et Lila... et j'attends le dernier tome (en poche) avec impatience, sans aucun doute pour l'été prochain. il paraît qu'il est vraiment très bien... A suivre.

 

*Le Roi disait que j'étais diable ****: Depuis le XII siecle, Alienor d'Aquitaine a sa légende. On l'a décrite libre, sorcière ou conquérante. Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières annnées en tant que Reine de France auprès de Louis VII. Des noces royales à la deuxième croisade, du chant des troubadours au fracas des armes émergent un Moyen-Age lumineux, qui prépare sa mue et la reconstitutiond'un amour impossible. Le choix de l'auteur de donner alternativement la parole à Aliénor et à Louis VII donnent beaucoup de vivacité...on n'a absolument pas l'impression d'un roman historique. Son nouveau roman (un temps en lice pour le Goncourt...) reprend l'histoire d'Alienor ...mais à l'époque où elle est Reine d'Angleterre...et racontée par son fils Richard coeur de Lion! Je compte bien le lire aussi.

 

* Les garçons de l'été ****: Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brilllants et surfeurs surdoués déploient les charmes de leur jeunesse sous l'été sauvage de la Réunion. Mais lété et la jeunesse ont une fin et il arrive qu'elle survienne plus vite et plus rapidement que prévu. Le page turner de l'été! J'ai vraiment été emportée par cette famille dysfonctionnelle...

 

* Le tailleur de pierre***: Un pêcheur de Fjällbacka retrouve dans son casier à homards le corps d'une petite fille noyée. Bientôt on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu'un l'a donc tuée avanrt de la jeter à la mer. Mais qui peut bien ouloir du mal à une enfant? Alors qu'Erica vient de mettre leur bébé au monde, Patrick Hedström, bouleversé par son nouveaeu rôle de père, mène l'enqu^ete sur cette horrible affaire. Car sous des apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations: querelles de voisinage, conflits familliaux, pratiques pédophiles dont les origines remontent aux années 1920. J'aime beaucoup de temps à autre me replonger dans l'histoire d' Erica et Patrick et découvrir quel nouveau mystère ils ont à élucider. Des romans noirs comme j'aime.

 

* Chez les Yan***: Yan Lan, l'auteure, a grandi dans la proximité des hommes les plus puissants de la Chine, de Zou Enlai à Deng Xioping... Son grand-père, Yan Baohang, d'abord compagnon de route des nationalistes Chiang Kai-shek, épouse la cause communiste et sera agent secret pendant la Seconde guerre mondiale. Son père Yan Mingfu, diplomate, interprète personnel de Mao pour le russe est le seul temoin vivant des discussions entre Mao et les dirigeants soviétiques. Mais la Révolution culturelle fait basculer la vie de toute la famille Yan: Lan a neuf ans quand les gardes rouges font irruption dans l'appartement famillial. Son grand-père est jeté en prison et meurt sept mois plus tard. Son père croupira dasn une cellule pendant sept ans et demi. Sa mère, Wu Keliang, diplomate elle aussi, accusée d'être issue d'une famille de contre-revolutionnaire, est reléguée dans un camp de réeduction par le travail où elle passera cinq ans avec sa fille. En retraçant la vie des siens, Yan Lan fait revivre un siècle d'histoire chinoise, du dernier empereur à aujourd'hui, en passant par la Révolution culturelle où vient se fracasser son enfance. Comme rarement, le lecteur pénètre les arcanes d'un système devenu fou qui décimera une grande partie de l'élite intellectuelle, économique et politique du pays. Pourtant la Chine s'est relevée, et l'histoire des Yan après la mort de Mao est celle du réveil chinois. Tellement instructif! 

 

* Le chagrin des vivants**: Durant les premiers jours de novembre 1920, l'Angleterre attend l'arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France pour une série d'hommage. A Londres, trois femmes vivent ces journées à leur manière. Evelyn dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l'Armée. Ada qui ne cesse d'apercevoir son fils pourtant tombé au front et Hettie qui accompagne tous les soirs d'anciens soldats sur la piste de danse du Hammersmith pour six pence la danse. Dans une ville peuplée d'hommes mutiques, rongés par les horreursvécues, ces femmes cherchent l'équilibre entre la mémoire et la vie. Mouais... 

 

Posté par Luette Esper à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 septembre 2018

Les livres de 2018 (2)

Ensuite....

IMG_2424

 

 

Bonjour Tristesse**: La villa est magnifique, l'été brûlant et la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Son père, veuf est un adapte joyeux des liaisons passagères. Ils s'amusent, ils n'ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d'une femme de coeur, intelligente et calme va faire trembler le duo père/ fille: comment écarter la menace? Dans la pinède, un jeu cruel se prépare... Culte ? Vraiment?!

 

L'orangeraie ***: Les jumeaux Amed et Aziz vivent avec leurs parents dans un pays en guerre entouré de montagnes. Au-delà vivent les chiens, leurs ennemis. Lorsqu'un des chefs de la région vient demander à leur père de sacrifier un de ses fils pour le bien de la communauté, Tamara, la mère des enfants refuse. D'autant plus qu' Aziz, atteint d'un cancer, est condamné. Comment faire ce choix impossible? Comment accepter l'impensable? Culpabilité, manipulation, amour et rédemption sont autant de thèmes qui composent ce livre coup de poing. L'histoire n'est pas datée....mais pas besoin d'une grande imagination pour transposer ce livre à notre époque! Percutant!

 

Un fils parfait ***: Quand on épouse le prince charmant, beau et brillant, qu'on a avec lui deux petites filles adorables, comment imaginer un seul instant que le pire puisse arriver? Qu'il a menti sur tout, tout le temps? Qu'il va falloir se résoudre à affronter celui que l'on a tant aimé dans une lutte sans merci. Inspiré d'une histoire vraie (sic), le récit poignant du combat d'une mère contre la machine judiciaire. Le style est très vif, on est emportée et secouée!

 

Le rire du grand blessé °: Devenir Agent est la seule échappatoire pour les oubliés de la société. Une condition: être analphabète. Une particularité indispensable pour remplir le rôle de garde-fou d'une population droguée aux livres autorisés lors de ses Manifestations à haut risque. 1075 est le meilleur d'entre eux. Froid et dur, il se dévoue corps et âmes à sa fonction. Jusqu'au jour où il croise la route d'une institutrice... Voilà c'est rare, mais il m'est tombé des mains. Pourtant j'étais enthousiaste à la lecture de la 4ieme de couverture, mais non je n'y ai pas crû une seconde, le style est lourd. Je me suis perdue. Vous l'avez lu?

 

Pactum Salis *: La rencontre improbable entre un paludier misanthrope, ex-parisien installé près de Guérande et un agent immobiler ambitieux, prêt à tout pour réussir. Liés par une promesse absurde et par une fascination réciproque, ils vont passer une semaine à tenter de s'apprivoiser, au coeur des marais salants. Clairement l'auteur de " En attendant Bojangles", que j'avais adoré, est beaucoup plus doué pour décrire les méandres amoureux que les mystères des amitiés. 

 

Posté par Luette Esper à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2018

Les livres de 2018 (1)

Ce blog ne vivote en ce moment que de mes lectures! Oui, Céline! Je te confirme que j'ai bien lâché mes bristols. Alors j'ai décidé en quelques billets (pour que cela ne soit pas trop indigeste) de faire un point sur mes lectures 2018.....

 

IMG_8537

 

Les guerres de mon père ***: En écho à un de ses précédents romans ("la réparation", excellent), l'auteure retrace la vie de son père, né en 1932 et donc enfant pendant la seconde guerre mondiale. Alors comment vit-on ce conflit à hauteur d'enfant et comment on gère ensuite sa vie d'adulte, de mari et de père? Très bien écrit bien sûr, il nourrit les questions que je me pose (toujours) sur cette période sombre de notre histoire.

 

Le prétendant ***: Suite à l'écrasante défaite du gouvernement aux élections, Gert Jacobsen, ex-ministre des finances, brigue la tête du parti et se lance dans une ambitieuse course à la popularité pour s'attirer les suffrages. Toutefois, derrière l'excellence de son parcours, le leader socio-libéral dissimule une part d'ombre. Sa femme Linda, ne cesse d'en faire les frais. Et quand les accès de violence du "prétendant" dépasse la sphère intime, sa campagne est mise en péril. Un livre aussi passionnant sur la politique et les hommes qui l'a font que le premier tome ("l'Héritière"), j'ai déjà acheté le troisieme tome ("femme de tête"). A noter que chaque livre reprend la même galerie de personnages; mais en éclaire plutôt un dans chaque tome! Petit rappel: c'est cette trilogie qui a inspiré l'excellente série "Borgen".

 

Les passeurs de livres de Daraya***: De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya a subi un siège implacable imposé par Damas. Quatre années de descente aux enfers, rythmées par les bombardements au baril d'explosif, les attaques au gaz chimiques... Face à la violence du régime, une quarantaine de jeunes révolutionnaires syriens a fait le pari insolite d'exhumer des milliers d'ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine. Cette résistance est une allégorie: celle du refus de toute forme de domination politique ou religieuse. Cette fameuse troisième voie qui s'est perdue dans les combats entre Daeche et Damas. Ce récit, fruit d'une correspondance menée par Skype entre une journaliste franco-iranienne et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature. Inouï: cela s'est passé (se passe encore?) hier, aux portes de l'Europe....

 

Les furies**: Lotto et Mathilde sont beaux, séduisants, follement amoureux. Promis à un avenir radieux, ils se marient très vite. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire; Mathilde, dans l'ombre, l'a toujours soutenu. Leur couple est l'image type d'un partenariat réussi. mais les histoires d'amour parfaites cachent souvent des secrets qu'il vaudrait mieux taire. Mouais, ce qui est interressant finalement c'est de suivre le couple dans sa durée et voir comment les lignes bougent. 

 

 

Posté par Luette Esper à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2018

Les livres de l'hiver

 Après les livres de l'été...les livres qui m'ont tenu en haleine (...ou pas ) cet hiver!

IMG_6337

 

La vengeance des mères **: 1875. En dépit de tous les traités, la tribu du chef cheyenne Little Wolf, qui avaiet échangé mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers (dans le magnifique 1er tome "mille femmes blanches"), ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine. Quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. Parmi elles, les deux soeurs Margaret et Susan Kelly. Prêtes à tout pour venger la mort de leurs enfants, elles décident de prendre le parti du peuple indien et vont se lancer à corps perdu dans une lutte désespérée pour leur survie... J'attendais avec impatience de lire la suite du 1er tome! C'est bien...mais comme souvent j'ai préferé le 1er !

 

La Tresse **: Trois femmes, trois vies, trois continents: Inde, Sicile et Canada. Une même soif de liberté. Liées sans le savoir par ce qu'elles ont de plus intime et de plus singulier: Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d'humanité, leurs histoires se tissent une tresse d'espoir et de solidarité. Mouais, je l'ai peut-être lu trop tard, mais franchement le pitch me tentait beaucoup et j'ai trouvé cela finalement très convenu... avec des personnages par forcement très fouillés. Pas emballée, quoi! Et vous?

 

Ma cuisine, de l'Elysée à l'Antartique *: Comme popur "la vengeance des mères", j'ai été litteralement transportée par le pemier livre de D. Mazet-Delpeuch "Du Périgord à l'ELysée". J'étais impatiente d'aller me coucher pour me replonger dans ses carnets de cuisine! Un vrai talent narratif, et on vivait ses recettes au cours du récit. Dans celui-ci, elle relate son expérience en Antartique, je l'ai trouvé plutôt prompte à régler ses comptes avec ses collegues (qui ne l'ont pas volé) mais le tout a beaucoup moins d'allant. De plus, reléguer l'ensemble des recettes à la fin lui fait perdre ce rythme si ...gourmand du premier tome!

 

 Le tour du monde du Roi Zibeline **: Comment un jeune noble né en Europe Centrale, contemporain de Voltaire et de Casanova, va se tretrouver en Sibérie, puis en Chine, pour devenir finalement Roi de Madagascar... Grâce à l'écriture foisonnante de Rufin (j'avais beaucoup l'ambiance de "Rouge Brésil"), on est happé par ce conte de voyage!

 

Le secret du mari ***: Jamais Cécilia n'aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l'enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari: "A n'ouvrir qu'après ma mort". Quelle décision prendre ? Respecter le voeu de John-Paul, qui es bien vivant? ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie?  Le pitch est super tentant... et le livre tient ses promesses... c'est un page turner! Je lirais sûrement "petits secrets et grands mensonges (adapté en serie sous le nom de "Big little liars").

Posté par Luette Esper à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2017

Les livres de l'été!

Oui, je sais:  c'est dingue!! 2 posts aussi rapprochés... mais si je suis peu présente ici, je continue de lire!  

 

livresete5

 

- Le nouveau nom (l'amie prodigieuse II) ***: Le soir de son mariage, Lila, 16 ans, comprend que son mari Stefano l'a trahie en s'associant aux frères Solara, les camorristes qu'elle déteste. De son côté, Elena, la narratrice, poursuit ses études au lycée. Quand l'été arrive, les deux amies partent pour Ischia. L'air de la mer doit aider Lila à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano. On retrouve les deux héroines de "L'amie prodigieuse", qui ont grandi et poursuivent des chemins bien différents! Comment l'éducation pouvait sortir les enfants de leur condition dans l'Italie des années 50 en plein boum économique...où 2 visions de la réussite s'affrontent! Je suis impatiente de lire le dernier tome.....

 

- Toute la lumière que nous ne pouvons voir***: Du Paris occupé jusqu'à l'effevescence de la Liberation, on suit suit le parcours des deux héros, bien différents et dont le destin est chamboulé par la guerre: Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint Malo, et Werner, un orphelin allemand, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la wehrmacht pour briser la résistance française. Des personnages ultra fouillés et une galerie de portraits aussi détaillée pour les personnages secondaires font de ce livre presque un reportage sur la période!

 

- La terre qui penche **: Blanche, la môme chardon, est-elle morte en 1631 à l'âge de douze ans comme l'affirme son fantôme? Cette vieille ^ma qu'elle est devenue et la petite fille qu'elle a été partagent la même tombe. L'enfant se raconte au présent et la vieillesse écoute, s'émerveille, se souvient, se revoit vêtue de des plus beaux habitset conduite dans la forêt sans savoir ce qui l'attend. Veut-on l'offrir au diable pour que le mal noir qui a emporté la moitié du monde ne revienne jamais? J'étais impatiente de lire la suite du Domaines des Murmures .... mais finalement un peu décue: bien sûr c'est très documenté mais j'ai été mooins prise par l'histoire de Blanche que d'Esclarmonde.

 

- L'ami du Roi **: Robert Merivel, médecin et courtisan du roi Charles II d'Angleterre, s'ennuie dans le confort de sa vie bien rangée. Il obtient du Roi la permission de voyager et se rend alors à Versailles, où il fait la connaissance de Louise de Flammanville, séduisante botaniste. Leur passion sera intense. Cependant Merivel doit bientôt retourner dans sa propriété de Bidnold Manor, au chevet de sa fille Margaret, gravement malade. Une fois celle-ci guérie, il aspire à retrouver la belle Louise. Mais ses espoirs sont contrariés car Charles II, souffrant, a besoin de ses services. Mouais, roman historique bien documenté...mais je n'ai pas été transportée! 

 

- En voiture Simone! **: Jacques, père despotique et Martine, une mère en rebellion après quarante ans de mariage vont accueilllir leur trois fils...et leurs trois belles-fillles ... et bien sûr quelques petits enfants dans leur maison de Bretagne! Une lecture de plage (ou de métro, ce qui doit expliquer le succès de cette auteure), un peu caricaturale mais plaissante.

 

- La fille du train ***: Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour. Et chaque jour, elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voire ferrée. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l'être par le passé, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Jusqu'à ce matin où Rachel voit  Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage familier: Jess a mysterieusement disparû.... Un vrai thriller plein de rebondissements, une chouette découverte...dans sa catégorie.

Posté par Luette Esper à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


20 octobre 2017

Les livres du printemps #3

Même si ce blog est un peu en sommeil; IG m'a franchement détourné de canalblog (oui je sais, c'est pas bien....).

Je n'arrête pas de lire pour autant! ;-))

 

livres2017

 

- Prodigieuses Créatures ***: Dans les années 1810, sur les côtes du Dorset, battues par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces prodigieuses créatures qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune femme, d'origine modeste mais qui a été initiée par son père, se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d'hommes. Elle trouve une alliée précieuse en Elizabeth Philpot, une vieille fille intelligente et acerbe qui l'accompagne dans ses explorations. Malgré parfois une certaine rivalité, c'est grâce à leur amitié qu'elles pourront imposer leurs découvertes, majeures pour la compréhension de notre monde au temps des dinosaures. J'aime cette auteur, et ce livre ne dépareille pas la collection! Le fait que ce soit inspiré d'un personnage réél lui donne encore une autre dimension.

 

- Soeurs de Midéricorde ***: Née en Bolivie dans une famille indigène, Azul a grandi dans un paradis où les fruits, les fleurs et les goûts prospéraient. Mais à Santa Cruz, tout est fermé, plus rien ne circule: ni l'argent, ni les gens...et les fruits finissent par pourrir sur l'abre! Alors les femmes partent les unes après les autres. Azul, immigrée économique, laissant mari et enfants, langue et robes indiennes, rites et prières, va découvrir l'Europe et ses riches popriétaires. Comment montrer à ses patronnes ce que leurs yeux ne voient plus du monde? Comment conserver la bonté reçue dans l'enfance?

J'avais adoré son précedent roman: "la Réparation"! Dans un tout autre style, celui-ci aussi m'a absorbé et l'image que nous renvoie Azul de notre monde occidental nous oblige à réflechir... cela ne peut pas nous faire de mal! 

 

- Le bureau des Jardins et des Etangs***: Dans l'empire du Japon, au XII siècle, Katsuro est le meilleur pêcheur de carpes et donc le founisseur offciel des étangs sacrés de la Cité impériale. Et pourtant un jour il va se noyer. Le village décide alors que pour sa survie, c'est à sa veuve, Miyuki, de faire le voyage jusqu'à la capitale et livrer les carpes pour les étangs de l'Empereur. Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palancheà laquelle sont suspendus ses viviers et avec seulement quelques poignées de riz, Miyuki va entreprendre un voyage de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temples en maisons de rendez-vous, affrontants les orages, les trahisons de ses compagnons de route....Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l'homme l'aideront à mener à bien sa mission. La plongée dans un Japon médieval était très intéressante. La fin du voyage était insoupçonnée... mais très forte! 

 

- L'Evangile selon Pilate**: Le Méssie a-t-il été reconnu des siens avant de comprendre lui-même son destin? Autour de Yechoua, mauvais charpentier mais homme au verbe sage, l'étau se resserre. Son cousin, prophète, le reconnaît comme l'élu de Dieu. Impossible dès lors de fuir la rumeur publique. Yechoua se réfugie dans le désert, et plongeant brusquement en lui-même, il trouve Dieu, puis se met à douter, effrayé par la prétention de son sentiment. Finalement, sans signe et seulement guidé par son intuition, il décide de faire le pari et retourne auprès de ceux qui l'on désigné et accepte, sans le revendiquer, son statut. Arrêté puis crucifié, il deviendra le pire cauchemar de Pilate, l'affaire "Yéchoua", ce cadavre disparu, cette résurrection dont on parle dans les ruelles de Jérusalem, vont forcer Pilate à enquêter et se poser des questions sur La Foi. L'approche "historique" de Victor-Emmanuel Schmitt permet de se dsitancier de la légende ... et d'avoir une autre approche... pas mal!

 

- Le restaurant de l'Amour retrouvé**: Une jeune femme de 25 ans perd la voix suite à un chagrin d'amour. Elle revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque, vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l'art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant des émotions enfouies. Une belle lecture sur le partage et le don. Sympathique.

Posté par Luette Esper à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 février 2017

collection hiver

Et voici la collection hiver,

collectionhiver

 

* Miniaturiste ***: Nella Oortman n'a que 18 ans ce jour d'automne 1686, où elle quitte son petit village pour rejoindre son mari à Amsterdam, Johannes Brands. Homme d'âge mûr, il est l'un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa soeur, Marin, une femme restée célibataire, qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannès offe à son épouse une maison de poupée représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d'animer des habitants de la maison grâce au talent d'un miniaturiste. Les fascinantes créations de l'artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l'habitent et mettant à jour de fatals secrets. Un roman proche de "la Dame à la Licorne" de Tracy Chevalier, où est minutieusement décrite la vie à Amsterdam fin XVII, étouffée par le pouvoir des Guildes, l'intransigeance religieuse et la rigueur morale des bourgeois. 

 

* La vocation*: Traversant tout le XX siècle, "La vocation" raconte le destin d'une famille d'émigrants arméniens fascinés par l'élégance française. En 1923, Méliné fuit les persecutions subies par son peuple, une page de Vogue coincée dans sa manche. 80 ans plus tard, sa  petite fille,Sophie, journaliste, est nommée au poste de directrice de la  mode à ELLE, accomplissant ainsi le destin familial. Mais qui fût la plus heureuse des deux? Je gardais un très bon souvenir de "grandir". J'ai été moins convaincu par celui-ci

 

* Les délices de Tokyo***: "Ecouter la voix des haricots", tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le An, la pâte de haricots rouges qui accompagne les Dorayaki, des patisseries japonnaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de patissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon, la leçon qu'elle lui a fait partager. Le film vient de passer sur le cable: comme d'hab, le film ne rend pas l'ambiance et la délicatesse du livre. Un très bon (au propre et figuré) de lecture

 

* Je vous écris de Téhéran**: Sous la forme d'une lettre posthume à son grand-père, Delphine Minoui, journaliste franco-irannienne, raconte ses années passées à Téhéran, de 1997 à 2009. Elle porte un regard neuf sur son pays d'origine, tiraillé entre ouverture et repli. A ses côtés, on s'infiltre dans les soirées interdites, on pénètre dasn l'intimité des Mollahs et des miliciens bassidjis, on suit les espoirs et les déceptions du peuple au fil des éléctions des dirigeants et des prises de positions de la communauté internationale. Un éclairage de l'intérieur sur ce qui passe dans ce pays. Instructif.

 

* Harry Potter et l'enfant maudit***: Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il travaille au coeur des secrets du Ministère de la Magie. Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Quand passé et présent s'entremêlent dangeureusement, Père et fils se retrouvent face à une dure vérité: les ténebres surviennent parfois des endroits les plus inattendus. La magie opère encore! Je l'ai acheté sous la pression des piles que je voyais partout! Je n'ai pas été déçue: le format en pièce donne une dynamique beaucoup plus vive que les romans. L'histoire est bien ménée. Chouette

 

* Ces extravagantes soeurs Mitford**: Au début du XX siècle, dans la noblesse anglaise encore flamboyante, naissent les célèbres soeurs Mitford: Nancy amoureuse de la France et d'un gaulliste historique, devient une romancière célèbre. Unity devient une proche amie d'Hitler, pendant que Diana brûle pour le fascisme anglais émergeant, et se compromet auprès de son chef de file. Jessica, l'avant dernière de la Fraterie va elle s'engager auprès des jeunes républicains espagnols avant de rejoindre le part communiste. Seules Pamela t Déborah suivent la voie rêvée par leurs parents et se marient dans le luxe et le conservatisme. L'auteur livre une photo de la décadence progressive de l'Aristocratie et de son positionnement dans la société anglaise. Les soeurs Mitford ont effectivement un destin exceptionnel; et on balaye l'histoire de l'Europe et des Etats Unis sur près de 50 ans. Toutefois le style (un peu trop) journalistique dessert le rythme du récit.

 

Posté par Luette Esper à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 décembre 2016

Marché de Noël.... sold out!!

Voilà!  Livrés dans les temps, mes petits objets étaient à la vente ce dimanche au Marché de Noël......

Des bouillottes sèches (à passer 3 minutes au micro-ondes pour une chaleur douce)

bouillotes

et puis des trousses pailletées à glisser dans les sacs à mains des mamans ...et des ados!

trousses

Toutes doublées differement.... c'était la petite surprise!

Tout est parti!! C'est très rassurant (et un peu valorisant!) .... alors je referais sûrement une petite vente avant la fête des Mères pour toutes celles qui voudraient des paillettess sans avoir le temps de se les coudre ....

 

Posté par Luette Esper à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 décembre 2016

Marché de Noël? en préparation....

Cette année je me suis faite réquisitionnée (...bien volontairement) pour faire quelques pochettes pour alimenter le marché de Noël de Saint Ruf.

La date est confirmée: ce sera le 10/12....Il s'agirait de ne pas mollir.... J'ai les fournitures...bientôt les objets finis...la MAC va fumer!

marchedenoel

Posté par Luette Esper à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 décembre 2016

En Avent,

Un stress intense ces dernières 48 heures pour la Mini qui se demandait si sa mère aurai préparé ou pas un calendrier de l'Avent.....??? Et bien oui! Evidement que j'ai cogité pour leur préparer un nouveau calentdrier! Par contre, comme nous avons perdu en chemin la grande Biche, exilée à Paname... il a fallut repenser le calendrier des années précedentes... 

avent11

 

berlingots faits mains en papier standard, cousus à la machine; étiquettes Cultura

Je me contenterais pour l'instant de vous montrer l'esthetique ... de petits lecteurs curieux pourraient en apprendre trop ... avant la surprise.

Posté par Luette Esper à 12:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :